Affilié à l'Université Laval et au Centre de recherche CERVO

Québec Science - Découverte de l'année #8 2013

Comme médicament anti-douleur, la morphine présente deux faiblesses. D'abord l'accoutumance, qui rend nécessaire l'utilisation de doses de plus en plus fortes. Puis l'hypersensibilité, qui fait que, chez plusieurs patients, la drogue finit par induire de la douleur chronique, au lieu de l'atténuer. L'équipe d'Yves De Koninck, de l'Université Laval, vient d'élucider le mécanisme de ce second effet, et de démontrer qu'on pourrait l'enrayer... sans diminuer l'effet analgésique recherché.